Jules Joassard

Un élu citoyen

Interview pour Lyon Mag’ et Jazz Radio

Jules Joassard (PS) : “On présente des candidats là où il est nécessaire d’en présenter”

Jules Joassard – LyonMag

Jules Joassard, candidat PS dans la 11e circonscription du Rhône, était l’invité ce vendredi de Gérard Angel dans les Coulisses du Grand Lyon sur Jazz Radio en partenariat avec le restaurant L’Institution.

Alors que le Parti socialiste affiche un score faible dans les sondages en vue du premier tour des élections législatives, Jules Joassard est revenu sur la nécessité d’existence de son parti. “Il présente des candidats aux élections législatives et puis les idées du Parti Socialiste sont toujours présentes dans le débat public. C’est une évidence“.

Le candidat de la 11e circonscription a également mis en avant le jeu des alliances. “Cela fait longtemps que le Parti Socialiste conclut des accords avec des partenaires que ce soit le Parti Radical de Gauche ou Europe Ecologie Les Verts en 2012, ce qui est à nouveau le cas cette année. On ne présente pas des candidats partout. On présente des candidats là où il est nécessaire d’en présenter“.

“Il y a eu des choix forts faits de soutenir une candidate écologiste dans la 3e circonscription, de soutenir un candidat du PRG qui n’est finalement pas candidat dans la 1ère circonscription. Le Rhône ne se résume pas à Lyon“, a conclu Jules Joassard.

Les Coulisses du Grand Lyon à retrouver tous les matins à 8h10 sur Jazz Radio 97.3 et en podcast sur LyonMag.com

Soutenez notre campagne électorale

Une campagne électorale c’est un site internet, des interviews, des communications sur les réseaux sociaux, des débats, des réunions publiques, des professions de foi, des affiches, des tracts et surtout des militants qui ne comptent pas leurs heures et de nombreux kilomètres à pieds et en voiture afin de sillonner les 40 communes de la circonscription…

Avec Karim nous avons donc fait imprimer 204000 bulletins de vote, 98000 professions de foi, 400 affiches ou encore 60000 exemplaires de notre 4-pages programmatique… Ces frais d’impression constituent évidemment l’essentiel de nos dépenses. A côté de ces dépenses principales, la campagne nécessite également quelques boissons et biscuits apéritifs pour terminer nos rencontres de proximité par un moment de convivialité ; quelques frais kilométriques parce que la 11ème circonscription est vaste ; quelques boîtes de colle à papier-peint pour bien coller nos affiches ; quelques fournitures de bureau ; les honoraires du photographe qui a fourni nos photos de campagne ; les honoraires de la commissaire aux comptes qui certifiera nos comptes de campagne…

Afin de faire face à ces dépenses nous pouvons compter sur l’apport personnel du candidat, sur un prêt du crédit coopératif… et sur d’éventuels dons de nos soutiens… si vous souhaitez et pouvez contribuer vous pouvez adresser vos dons par chèque à notre mandataire financier, Jean-Pierre Barthélémy 90 B, route de Saint-Priest 69780 Mions (ces dons feront l’objet d’une réduction d’impôt à hauteur de 66% de leur montant si vous êtes imposables).

Soutien de Mohamed Boudjellaba

Mohamed Boudjellaba, conseiller municipal (Sans Etiquette) de Givors, avait envisagé de se présenter aux législatives. Il a publié hier un communiqué de presse dont le Journal Le Progrès s’est fait l’écho afin de nous apporter son soutien. Merci à lui.

17 candidats en lice… !

Il y aura donc 17 candidats dans notre 11ème circonscription…

Outre les attendus candidats de la Droite et de l’Extrême-Droite, Georges Fenech (UMP) et Antoine Mellies (FN) il y aura une représentante de l’UPR, Gaëlle Bouvier, et un de DLF, Philippe Badoil.

A Gauche nous ne sommes pas parvenus à un accord large malgré la discussion fructueuse avec Mohamed Boudjellaba il y aura encore les candidatures de Raymond Combaz (PCF) et Jérôme Bub (EELV), Christine Valentin (FI) et Olivier Minoux (LO).

Au centre nous aurons Yvan Bachaud (NC) et Jean-Luc FUGIT (LREM).

Il y aura également 6 candidats plus “inclassables” : Jean-Matthieu Delacourt, David Amsellem, Dauphine Urvoy, Jacky Copede, Yusuf Dagli et Laurent Negro.

Débat des candidats de la 11ème circonscription sur TLM

https://www.facebook.com/TLMLyon/videos/1408976915807948/

Interview dans le journal Le Progrès

Jules Joassard (PS) : « Mettre en œuvre le revenu universel »

Jules Joassard est le candidat du Parti socialiste pour les élections législatives dans la 11e circonscription. Malgré le faible score de Benoît Hamon à la présidentielle, il entend défendre le programme du PS sur les bancs de l’Assemblée.

Qu’est-ce qui a motivé votre candidature ?

« Depuis 2002 et la défaite de Gabriel Montcharmont (député PS de la 11e de 1988 à 1993 et de 1997 à 2002, Ndlr), j’ai toujours dit que j’œuvrerai à rendre cette circonscription à la gauche. Car elle a vocation à être à gauche. Les militants ont pensé à moi comme étant le mieux placé pour porter les couleurs du PS. »

Quel est votre programme ?

« Il est en partie assis sur le programme que Benoît Hamon aurait souhaité mettre en œuvre en tant que président de la République. J’entretiens une proximité idéologique avec lui. Aussi, il faut penser à une éventuelle alliance avec Europe écologie-Les Verts et le Parti communiste (1). De grands axes nous rassemblent, comme la défense des services publics de proximité, de l’environnement, etc. Deux projets me tiennent à cœur : la mise en œuvre du revenu universel et la taxation des robots, pour en finir avec la pauvreté et le sous-emploi. Par ailleurs, je connais bien les problématiques du territoire : les difficultés liées à l’accès aux transports, aux services publics et à la santé. Ce sont des préoccupations du quotidien. Enfin, il y a des dossiers structurants, liés aux infrastructures. La problématique de l’attraction/répulsion avec la Métropole de Lyon. On voudrait nous faire croire qu’il faut donner davantage à ceux qui ont tout pour tirer les autres vers le haut : je ne suis pas d’accord avec cette vision. Cette circonscription, c’est “une France en miniature”, disait Gabriel Montcharmont. Il existe de trop grandes disparités entre les villes et les villages. Il faut en finir. »

Si vous êtes élu, quel député souhaitez-vous être ?

« Je connais bien les arcanes de l’Assemblée nationale. J’y ai travaillé avec Régis Juanico et Martine David (respectivement député de la Loire depuis 2007 et députée du Rhône entre 1988 et 2007, Ndlr). Et pour avoir travaillé avec des parlementaires connus pour leur assiduité, je veux en faire autant. J’ai aussi une tendresse pour cette circonscription : je veux être un député citoyen et vivre ici, rendre compte de mon travail à l’Assemblée régulièrement, rencontrer les responsables associatifs, les élus locaux. »

Benoît Hamon n’a récolté que 5,15 % des voix au premier tour de la présidentielle dans la 11e circonscription…

« En dépit du score décevant de Benoît Hamon, quand on demande aux électeurs ce qu’ils retiennent de la campagne, ils nous parlent du revenu universel. Ce programme, visionnaire, est facteur de solidarité. Et ce sont deux élections différentes. Une partie des gens n’ont pas voté pour Macron par conviction ; d’autres ont été déçus par l’attitude de Mélenchon dans l’entre-deux tours. Ces électeurs peuvent reconsidérer leur vote et revenir vers le PS. Les choses vont vite en politique et je ne vais pas renoncer à porter ces idées, parce que le parti a vécu une déconvenue pendant la présidentielle. »

http://c.leprogres.fr/rhone/2017/05/16/jules-joassard-(ps)-mettre-en-oeuvre-le-revenu-universel

Nomination du nouveau Premier Ministre

Emmanuel Macron a clarifié l’orientation de son projet politique. Il a donné les clés du gouvernement à un homme issu de la droite, Edouard Philippe.

La place de la gauche n’est ni dans son gouvernement ni dans la majorité qui pourrait le soutenir. La démocratie française est malade. Elle a besoin de débats et d’options politiques claires et cohérentes. Il faut sortir de l’indifférenciation droite-gauche et de la confusion politique car elles font le lit de toutes les radicalités. Qui peut croire que la gauche se reconstruira dans une coalition dirigée par un membre des Républicains. Ce n’est ni sérieux, ni crédible.

Sans sectarisme ni dogmatisme mais conscient de l’importance de défendre la justice sociale, de promouvoir de nouvelles solidarités, d’engager la transition écologique, de consolider la décentralisation, de répandre la démocratie, j’invite les Français à élire le plus grand nombre de députés de gauche lors des élections législatives des 11 et 18 juin.

Candidat pour faire battre le coeur de la 11ème circonscription

Après le choix d’un Président de la République pour les 5 prochaines années, les 11 et 18 juin, les habitants de chacune des 577 circonscriptions de notre pays choisiront un ou une député(e) pour les représenter et pour porter leurs idées à l’Assemblée Nationale. Dans notre 11ème circonscription, composée de 40 communes, véritable France en miniature avec ses villes intégrées à la Métropole, ses banlieues résidentielles proches des villes et ses villages encore ruraux, vous pouvez choisir un député de Gauche qui portera les valeurs de solidarité, de justice sociale et de développement respectueux des hommes et des territoires.
Elu municipal à Sérézin-du-Rhône depuis 2014, très impliqué sur la circonscription depuis 2001, j’en connais chaque commune et je partage les préoccupations auxquels vous êtes confrontés au quotidien : accès à l’éducation, à la santé, aux services publics, accès à l’emploi, aux transports, enjeux environnementaux et d’aménagement des territoires, combat pour une alimentation et un cadre de vie sains, développement de la vie associative et culturelle et des initiatives locales, solidarité entre les générations…
Citoyen engagé je serai présent sur chacune des communes de la circonscription afin de venir à votre rencontre. Je crois pouvoir vous représenter efficacement et c’est avec sincérité et détermination que je sollicite votre soutien dans cette élection législative incertaine. Les 11 et 18 juin prochains votre vote peut contribuer à donner une majorité aux forces de progrès et éviter 5 nouvelles années d’une politique austéritaire de casse de notre modèle social. Je compte sur vous, vous pouvez compter sur mon engagement et ma disponibilité.

J. Joassard

Karim BOUTMEDJET mon suppléant

39 ans, Agent de la fonction publique, résidant à Mions.

– Conseiller municipal à Moins depuis 2001

– Candidat socialiste aux élections Régionales de 2015 sur la liste de la métropole de Lyon

– Je milite activement dans diverses associations de Mions et Saint-Pierre de Chandieu (secteur sportif, culturel et de démocratie locale).

Les raisons de mon engagement :

J’ai accepté la proposition de Jules Joassard d’être son suppléant pour plusieurs raisons :

J’apprécie son engagement dans la défense des valeurs républicaines, humanistes, sociales et environnementales et pense pouvoir lui apporter des visions complémentaires à travers mon engagement associatif et mon expérience d’élu local sur Mions.

Jules Joassard dispose de compétences solides sur les sujets majeurs qui impactent nos territoires, il fait preuve de capacités d’ouverture, de dialogue et de travail qui en font un excellent candidat. Un candidat efficace et respectueux de la parole donnée.

C’est un honneur d’être à ses côtés pour cette campagne.

Lettre de Benoît HAMON

Cher-e ami-e,

Je veux vous remercier pour votre confiance pendant cette campagne présidentielle. Je suis fier d’avoir mené cette bataille avec vous, engagés dans un parti ou non, militants chevronnés ou jeunes citoyens. Avec le Conseil citoyen, qui a réuni durant plusieurs semaines 42 citoyens tirés au sort parmi plusieurs milliers de candidats et chargés d’enrichir mon projet présidentiel, nous avons ouvert une nouvelle étape de la démocratie et prouvé la maturité et la pertinence de l’intervention citoyenne à chaque étape de la vie démocratique. Ensemble, nous avons réussi à dépasser le mythe stérile de l’homme providentiel et fondé la construction de notre projet sur notre intelligence collective.

Hélas, j’ai échoué à déjouer le désastre qui nous était promis depuis plusieurs mois, sinon quelques années. Pour la seconde fois de son histoire, la gauche n’est représentée au second tour de l’élection présidentielle quand l’extrême droite, elle, fait à nouveau peser son ombre sur notre République. Je prends l’entière responsabilité de cet échec et j’imagine votre déception.

Je ne regrette pourtant rien du combat engagé pendant ces mois de campagne.

Les forces de gauche n’ont jamais cessé de lutter même lorsqu’elles ont été mises en minorité dans les urnes, surtout lorsque l’extrême droite se trouve aux portes du pouvoir. Emmanuel Macron est notre adversaire politique mais Marine Le Pen est une ennemie de la République. À tous ceux qui auraient la moindre hésitation, je leur dis, accompagné de toute la force de notre histoire : le Front National au pouvoir c’est demain la fin de la démocratie, la remise en cause de toutes nos libertés, et l’inégalité érigée en principe et pour commencer celle entre les femmes et les hommes. Cela, la gauche ne peut l’accepter, et c’est pourquoi j’ai appelé sans équivoque à voter pour Emmanuel Macron. C’est ici la seule position responsable et lucide.

Être responsable et lucide, c’est aussi comprendre que la menace que fait peser le nationalisme ne s’évanouira pas avec la victoire d’Emmanuel Macron et la mise en œuvre de politiques de dérégulation de la protection sociale, des services publics et du marché du travail. Les populismes prospèrent en Europe et ce que vit la gauche française, les forces socialistes et sociale-démocrates européennes le vivent également. Nous savons tous pourtant que seule une gauche résolue, sociale, écologique, démocratique et européenne est en mesure de faire reculer durablement l’extrême droite. La bataille culturelle et politique à mener est immense. La gauche a des territoires entiers à reconquérir et des millions de Français à convaincre. Nous devons partir à la reconquête des villes et des campagnes mais aussi des têtes et des cœurs. Ce travail sera long et exigeant mais nous ne pouvons accepter que la gauche laisse plus longtemps le terrain perdu à l’extrême droite.

Ce combat doit commencer dès les législatives prochaines. Si la gauche a été absente du second tour des élections présidentielles, elle ne peut en aucune manière manquer le rendez-vous décisif des législatives. Tous les efforts de rassemblement et d’unité doivent être faits en vue de cet objectif.

Soyez fiers du travail engagé. Loin des polémiques stériles et des affaires, nous avons mené la seule bataille qui vaille, celle des idées. Nous avons remis la gauche sur son axe historique et sa finalité première : l’égalité, la justice, et l’aspiration simple à une vie meilleure.

Disons-le, le manque d’unité, les trahisons parfois, ont handicapé tous les efforts de tous ceux qui, comme vous, ont mené cette campagne. Mais il faut maintenant regarder devant nous. La renaissance sera difficile mais elle sera féconde. Ma conviction est absolue : les thèmes que nous avons réussi à placer au cœur de cette campagne, le revenu universel d’existence, le partage du temps de travail, la création d’une taxe sur les robots, la reconnaissance du vote blanc, le 49.3 citoyen, la sortie du nucléaire, le retour de la police de proximité, la création d’un service public de soutien scolaire, tous ces thèmes sont ceux de l’avenir et contribueront fortement à la gauche de demain.

La défaite électorale n’a en rien entaché mes convictions et ma volonté de porter nos valeurs. Ensemble, demain, nous ferons vivre cette gauche sociale-écologique. Je compte sur chacun. Rien ne se fera sans vous.

Fidèlement,

Benoît Hamon

Page 2 of 19

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén