Un élu citoyen

Catégorie : Actualité Page 1 of 4

Nomination du nouveau Premier Ministre

Emmanuel Macron a clarifié l’orientation de son projet politique. Il a donné les clés du gouvernement à un homme issu de la droite, Edouard Philippe.

La place de la gauche n’est ni dans son gouvernement ni dans la majorité qui pourrait le soutenir. La démocratie française est malade. Elle a besoin de débats et d’options politiques claires et cohérentes. Il faut sortir de l’indifférenciation droite-gauche et de la confusion politique car elles font le lit de toutes les radicalités. Qui peut croire que la gauche se reconstruira dans une coalition dirigée par un membre des Républicains. Ce n’est ni sérieux, ni crédible.

Sans sectarisme ni dogmatisme mais conscient de l’importance de défendre la justice sociale, de promouvoir de nouvelles solidarités, d’engager la transition écologique, de consolider la décentralisation, de répandre la démocratie, j’invite les Français à élire le plus grand nombre de députés de gauche lors des élections législatives des 11 et 18 juin.

Crise de l’élevage… mobilisés à tous les niveaux

Ces dernières semaines, le gouvernement et en particulier le ministre de l’agriculture, Stéphane Le Foll, sont intervenus par tous les moyens en leur possession pour aider les éleveurs et accélérer la revalorisation des prix agricoles. En région Rhône-Alpes, Jean-Jacques Queyranne et Michel Grégoire en ont fait de-même ( pic.twitter.com/dMWik6cdTf )

Nous vivons une crise agricole très importante en France. Depuis le début de l’année, les prix sont en baisse. Trois crises, bovine, porcine et laitière, se conjuguent. :
– S’agissant du lait, c’est une crise mondiale liée au marché du beurre, de la poudre de lait, à la fin des quotas et à la contraction de grands marchés, Chine en tête ;
– S’agissant du porc, il est nécessaire de valoriser la viande française et de contractualiser les accords commerciaux entre éleveurs, abatteurs et transformateurs ;
– S’agissant du bœuf, c’est un problème plus national.

Le ministre a d’abord pris l’initiative de mobiliser tous les acteurs des filières porcine et bovine (abatteurs, transformateurs, chaînes de restauration commerciale, distributeurs, etc.) ce qui a non seulement permis d’enrayer la baisse des prix payés aux producteurs mais aussi d’enclencher un mouvement de hausse.

C’est ainsi que pour le porc, le prix qui était tombé au marché au cadran de Plérin à moins de 1,20 euro/kg est remonté à 1,38 €, très proche du prix de revient estimé à 1,40 euro/kg, qui était l’objectif que s’était fixé la profession. Pour la viande bovine, une moyenne de 10 centimes d’euro/kg d’augmentation a été obtenue depuis la table ronde du 17 juin. Cet effort encore insuffisant doit être poursuivi.

Le médiateur des relations commerciales agricoles saisi par Monsieur Le Foll a rendu un rapport mardi 21 juillet, qui identifie différents types d’opérateurs, de segments de marché et des débouchés, où les hausses de prix n’ont pas été réalisées au niveau prévu et les leviers à mobiliser pour poursuivre la revalorisation des prix notamment en viande bovine. Dans le secteur laitier, il s’agit de maintenir une bonne valorisation des produits sur le marché national et notamment des produits frais et MDD, soumis à une forte concurrence internationale.

Xavier Beulin, le président de la FNSEA, qui s’est exprimé suite à la remise du rapport du médiateur, a lui-même « salué le travail du médiateur » et « l’engagement du Ministre ».

Le 22 juillet, le conseil des ministres a adopté un plan d’urgence (voir ci-dessous). Outre la question de la revalorisation des prix, ce plan répond aux autres grandes revendications et attentes de la profession.

Il est ainsi reconnu comme indispensable de promouvoir la consommation de viande et de produits laitiers cet été, auprès des consommateurs français. La revalorisation des prix payés aux producteurs passe aussi par la capacité à mieux valoriser certains produits à l’export notamment en mettant en avant l’origine France.

Le Président de la République a appelé à utiliser massivement les logos « viande et lait de France » afin d’inciter les consommateurs à acheter ces produits et encourager la production française. Aussi, l’Etat apportera un soutien financier à hauteur de 10 millions d’euros aux actions de promotion des filières viande bovine, porcine, et produits laitiers sur le marché national comme sur ceux des pays tiers.

Ce matin, le Premier Ministre Manuel Valls est allé plus loin en annonçant la généralisation de l’approvisionnement local pour les restaurations collectives d’État. Il a ainsi demandé au service des achats de l’État de renégocier tous les contrats d’approvisionnement.

Pour restaurer la compétitivité des filières d’élevage, les filières agricoles et agroalimentaires bénéficient notamment d’une enveloppe de 120 millions d’euros du programme des investissements d’avenir (PIA). Un appel à projet pour soutenir les investissements innovants dans le secteur abattage-découpe a été lancé en février 2015, doté de 20 millions. Un premier point sur les dossiers déposés aura lieu le 31 juillet 2015. Il s’agit de moderniser et rendre plus compétitif un maillon des filières animales fragilisé par les difficultés récurrentes et qui a perdu du terrain par rapport à ses concurrents européens notamment. Au-delà des outils de soutien classique de Bpifrance, la mobilisation de garantie bancaire de Bpifrance permettra de faciliter l’accès des agriculteurs au financement de leurs investissements de modernisation pour augmenter leur compétitivité et leur performance économique et environnementale.

Enfin, la très attendue simplification des procédures pour les éleveurs sera très prochainement conduite, dans la continuité des préconisations du rapport de la députée Frédérique Massat remis le 19 juin au gouvernement. Une circulaire du Premier Ministre viendra préciser les modalités de mise en œuvre des mesures retenues par le gouvernement en matière de simplification et de coordination des contrôles sur place.

En tout ce sont 24 mesures concrète, de moyen et long terme, qui sont prévues dans ce plan ambitieux pour lequel notre gouvernement a décidé de s’engager à hauteur d’un milliard d’euros.

Plan de soutien à l'élevage français – les mesures

Des mesures en faveur de l’économie du sport

Le 9 mars dernier, le secrétaire d’Etat aux sports, a annoncé la création d’une filière de l’économie du sport et a dévoilé un plan élaboré en concertation avec le ministère de l’économie, des finances et de l’industrie. Dans ce cadre, il a lancé l’Observatoire de l’économie du sport, mesure que Régis Juanico avait préconisée dans son rapport d’information sur le soutien au sport professionnel et les solidarités avec le sport amateur.

Le sport en France, c’est environ 2% du PIB (Produit Intérieur Brut), 60 000 emplois et presque 35 milliards d’euros de chiffre d’affaire par an. Les entreprises françaises sont présentes sur tous les segments de l’économie du sport : matériel sportif, équipements, gestion des infrastructures, organisation événementielle, billetterie, ou encore architecture, BTP, énergie, transports, gestion des flux, sécurité, économie numérique. La filière du sport existe donc, il s’agit de la structurer.

Sous pilotage interministériel, cette filière aujourd’hui trop dispersée doit rassembler les entreprises du secteur qui pèsent dans l’économie du sport. Il s’agit d’organiser une mise en réseau visant à réfléchir sur trois domaines : les équipements sportifs de proximité, les grands équipements structurants et les évènements sportifs et services associés. Mieux organisée, elle sera plus efficace et nous aboutirons à une marque France mettant en avant notre savoir-faire.

L’observatoire de l’économie du sport

Lorsque l’on s’intéresse à l’économie du sport, aux flux financiers qui s’y rattachent, il est frappant de constater combien il est difficile d’avoir une vision à la fois globale et exhaustive de ce système économique. Les données économiques sont souvent diffuses et parcellaires, dans un environnement financier et juridique en constante évolution. Or, pour évaluer une politique publique, il est indispensable de la connaître.

Régis Juanico, député de la Loire, et son collègue député M. Guénhaël Huet, ont une mission d’information sur la politique de soutien au sport professionnel et les solidarités avec le sport amateur. Ils avaient clairement identifié ces difficultés. Conséquemment leur première proposition était la création d’un observatoire national de l’économie et de l’évolution du droit du sport. C’est désormais chose faite avec la mise en place, indispensable, de cet observatoire de l’économie du sport. Il vise ainsi à créer des bases statistiques afin de permettre aux acteurs publics et privés de disposer de données fiables sur le secteur.

Création du comité stratégique de la filière du sport

Point d’étape le 24 avril : Emmanuel Macron, ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique, Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, Thierry Braillard, secrétaire d’Etat chargé des Sports et Matthias Fekl, secrétaire d’Etat chargé du Commerce extérieur, de la Promotion du tourisme et des Français de l’Etranger, ont lancé le comité stratégique de la filière du sport. Ce nouveau comité consacré aux équipements et évènements sportifs doit accompagner la dynamique de la demande sportive et le projet de candidature française aux Jeux Olympiques de 2024.

Dans les cinq prochaines années la France va accueillir de multiples grands évènements sportifs internationaux (GESI) au premier rang desquels l’Eurobasket 2015, l’Euro 2016 (plus les évènements récurrents tel que le Rolland Garros ou le Tour de France). Accompagné par un marché mondial des GESI, représentant quelques 50 milliards d’euros par an, et par une demande croissante des pays émergents, ces évènements constituent une opportunité majeure de développement pour nos entreprises, tant en matière d’équipement que d’offre de services.

La direction du comité stratégique de la filière sport a été confiée à Olivier Ginon, président de GL Events – leader européen de l’événementiel –, qui sera chargé de proposer, d’ici la fin de l’année, un contrat stratégique de filière contenant des propositions concrètes pour développer les atouts des entreprises françaises de l’économie du sport.

Jour de rentrée à l’Assemblée Nationale

Discours du nouveau Président de l’Assemblée Nationale : “Je sais d’où je viens. J’assume tout de ce que je suis. Un fils de prolétaire. Un enfant de Tunis. Né de père italien et de mère maltaise qui, un beau jour de 1960, dût transiter en 24 heures d’une rive à l’autre de la méditerranée : de l’odeur des orangers et de la caresse du soleil, à la vie des usines qui rythmait alors le Pré-Saint-Gervais, ma ville d’adoption, en bordure de ce département qui ne s’appelait pas encore la Seine-Saint-Denis. […] Je dois tout à la République et je veux lui rendre aujourd’hui ce qu’elle m’a donné.”

Rassemblement de soutien au peuple syrien

Des milliers de morts ; des dizaines de milliers d’arrestations ;  des exactions chaque jours plus dramatiques ; Le PS appelle depuis l’origine de la crise la communauté internationale à agir avec la plus grande fermeté pour protéger le peuple syrien du régime de Bachar El Assad. Martine Aubry a demandé que la Cour Pénale Internationale soit saisie sans délai.

– L’accès humanitaire immédiat et sans entraves dans l’ensemble des villes et villages où des personnes nécessitent une assistance, y compris les blessés et les personnes en détention, doit être exigé.
– Les opposants au régime doivent être libérés au plus vite, les journalistes doivent pouvoir travailler sans contrainte et tous les médias libérés de la censure.

Conformément à la Charte des Nations Unies et aux principes qu’elle contient, c’est maintenant un message sans ambiguïté et sans faiblesse que la Communauté internationale doit adresser au régime Syrien. Ne pas le faire serait se résigner à abandonner le peuple syrien à une répression impitoyable.

Le nouveau Président de la République et le nouveau Ministre des Affaires étrangères sont, je le sais, déterminés à obtenir des avancées sur ce dossier et la mobilisation citoyenne de l’opinion publique internationale a également un rôle à jouer.

Epilogue de notre combat dans Le Progrès du 28 mai

Législatives France Gamerre, une candidate qui rassemble quatre partis de gauche – Le Progrès 28 mai 2011

Politique. Investie par le PS, par le Parti radical de gauche, par le Mouvement républicain et citoyen et par Génération écologie, France Gamerre entend bien affirmer sont statut de candidate officielle dans les urnes, même si elle est nouvelle dans la 11 e circonscription.

Le Parti socialiste au niveau national avait octroyé la 11 e circonscription au Parti radical de gauche. Ce dernier, loi sur la parité oblige, vient à son tour de céder la place à Génération écologie. Du coup, France Gamerre se retrouve officiellement représentante de quatre partis de gauche. Candidate du rassemblement, cette Marseillaise de 71 ans est une femme battante.

Chevalier de la Légion d’honneur, mère de deux enfants, grand-mère trois fois, elle a dirigé les Affaires maritimes de la cité phocéenne, sous la mandature de Jean-Claude Gaudin (UMP). Une expérience qui l’a rompue aux arcanes de la politique, et qui la rapproche des valeurs portées par François Hollande. Présidente de Génération écologie de 2002 à 2008, elle estime avoir remis son parti sur les rails de la gauche, après l’épisode Brice Lalonde. En 2007, elle se présente contre Nicolas Sarkozy, mais il lui manque quelques signatures pour pouvoir continuer la bataille présidentielle.

« Il faut une agriculture diversifiée, nous ne sommes plus autonomes »

Directrice durant 30 ans des relations internationales de l’université d’Aix/Marseille, elle a sillonné la planète. Elle se targue d’avoir créé, en 1987, une association pour l’éducation européenne, dont le siège est à Amsterdam. Consultante à Bruxelles, France Gamerre a une vision précise de l’état des pays. La pollution rencontrée en Chine et l’analphabétisme l’ont convaincue de s’engager dans l’écologie. Partisane d’une plus grande justice au niveau des subventions agricoles, elle espère « une redistribution de façon plus équitable aux petites et moyennes exploitations ». « Il faut une agriculture diversifiée, car nous ne sommes plus en autonomie », déplore l’écologiste.

À son programme, l’abrogation de la loi sur la réforme des élections professionnelles dans l’entreprise, une augmentation conséquente du budget pour la recherche fondamentale et appliquée, une grande politique de formation professionnelle, ainsi que des crédits à la hauteur pour les hôpitaux. Elle souhaite créer une dynamique par la mémoire collective des habitants de la circonscription, notamment grâce au fleuve.

Débat du Progrès entre les candidats de la 11ème circonscription

Législatives 2012Le Progrès du 24 mai 2012

Sud lyonnais : “un grand débat” chaud bouillant entre 6 candidats

Le Progrès organise un grand débat public dans chaque circonscription avant le premier tour des élections législatives le 10 juin. Si chaque candidat sera présenté dans les colonnes du journal, il n’est pas possible de les inviter tous au débat, vu le nombre élevé des postulants (12 dans la 11ème circonscription). C’est pourquoi le Progrès a choisi de convier les candidats investis par un parti déjà représenté au Parlement ou dont le candidat à la présidentielle a dépassé les 5%. Pour favoriser le débat démocratique, le journal Le Progrès s’est réservé également la possibilité d’inviter un maximum de 2 candidats supplémentaires par circonscription. Mercredi soir, 23 mai, à Mornant, l’ambiance a été électrique. Sans surprise, le duel des ex-meilleurs amis a eu lieu. Georges Fenech a attaqué d’entrée Raymond Durand, faisant dire plus tard à René Balme “qu’on avait assité à un lavage de linge sale, mais qu’on fer[ait] peut-être encore une machine un autre jour”. Les deux candidats de Droite (UMP et Nouveau Centre) se sont invectivés avec virulence, se demandant mutuellement des comptes.

 

Annonce du retrait de ma candidature dans le journal Le Progrès

Article paru dans le journal Le Progrès – édition de dimanche 20 mai – Vendredi soir, une réunion publique a regroupé, à Saint-Symphorien-d’Ozon, une quarantaine de personnes, militants ou sympathisants socialistes, dans le cadre de la préparation aux élections législatives. Cette réunion a été houleuse à la suite de l’annonce de l’arrivée de France Gamerre pour représenter le Parti socialiste sur la 11 e circonscription, en vertu d’un accord national PS et PRG, dénoncé depuis par de nombreux dirigeants socialistes.

Les adhérents socialistes ont réagi avec agacement, voire colère, car un vote des cinq sections de la circonscription avait désigné Jules Joassard, secrétaire de la section Pays de l’Ozon, pour porter les couleurs du PS dans cette circonscription. « À quoi cela sert de nous demander notre avis et de ne pas en tenir compte ? C’est inadmissible de voir débarquer quelqu’un qui ne nous représente absolument pas ! », expliquait l’un des militants.

France Gamerre, qui a notamment participé à la création de l’UDF aux côtés de Valéry Giscard-d’Estaing, a rejoint Génération écologie en 1997, dont elle a été présidente de 2002 à 2008. Elle a été adjointe au maire de Marseille Jean-Claude Gaudin, en charge des Affaires maritimes de 2001 à 2008. Actuellement, elle est conseillère déléguée au maire UMP du 4 e secteur et conseillère communautaire de Marseille-Provence métropole.

C’est une personne inconnue sur la circonscription. Les militants estiment « qu’elle ne connaît ni le terrain, ni les habitants et leurs préoccupations ». Certains n’hésitent pas à parler de « parachutage », faisant complètement abstraction des sensibilités locales et de la voix des militants de base. Cette désignation écarte Jules Joassard, qui ne veut pas se mettre en dissidence avec le Parti socialiste et qui essaie de calmer les plus révoltés. Ces derniers avouent avoir du mal à s’y retrouver avec une candidate « officielle » Parti radical de gauche (PRG), une candidature dissidente du socialiste Guy Palluy, une autre du Vert Jean-Charles Kolhaas ou encore celle du maire Front de gauche de Grigny, René Balme.

Daniel, Gérard et Dominique s’insurgent : « Je ne ferai rien pour la soutenir, pas de distribution de tract, ni de collage d’affiche. Elle ne nous connaît pas et nous ne la connaissons pas. »

Les 12 candidats en lice dans la 11ème circonscription

Ils seront donc douze :
– à droite le député sortant Raymond Durand (Nouveau Centre) sera opposé au juge Fenech (UMP) et à la candidate du Front National
– à Gauche René Balme représentera le Front de Gauche, Jean-Charles Kohlass les Verts, Christian Castro le Nouveau Parti Anti-capitaliste, Olivier Minoux Lutte Ouvrière et France Gamerre le Parti Radical de Gauche
– il y aura également des candidats indépendants ou issus de petites formations politiques comme Yvan Bachaud (Rassemblement pour l’Initiative Citoyenne), Pierre Laurent (Alternative Ecologiste Indépendante), Marie-Louise Ledda et Guy Palluy

****************************************************

Les 185 candidats au premier tour des législatives dans le Rhône

Il y aura finalement 185 candidats pour le premier tour des élections législatives dans le Rhône, 13 de moins qu’en 2007.

Le dépôt des candidatures est terminé depuis hier 18 h. Une trentaine de candidats a d’ailleurs attendu l’après-midi du vendredi pour s’inscrire en préfecture. C’est la 3e circonscription du Rhône (à cheval sur les 3e, 7e et 8e arrondissements lyonnais) qui détient le record de candidatures. Ils sont 21 à vouloir le siège que va défendre le

socialiste Jean-Louis Touraine. La 8e circonscription (de Cours-la-Ville à Écully) et la 13e (de Décines à Saint-Priest) n’ont que 9 candidats chacune.

Il y a 14 candidats sur la 1re circonscription, 18 sur la 2e, 13 sur la 4e, 12 sur la 5e, 17 sur la 7e, 10 sur la 9e, 15 sur la 10e, 12 sur la 11e, 11 sur la 12e et 14 sur la 14e.

Il n’y a pas de surprise. La seule modification de dernière minute aura été le retrait dans l’après-midi d’hier de la candidature du socialiste Jules Joassard sur la 11e circonscription (sud lyonnais) où quatre candidats de gauche feront donc face aux deux derniers députés de droite. L’affrontement Durand-Fenech sera la seule vraie primaire à droite.

En l’absence d’accord à gauche, on retrouvera des candidats PS face à des Front de gauche et des Verts, comme dans la 14e (Vénissieux) où le maire de Feyzin Yves Blein sera opposé à celle de Vénissieux Michèle

Picard.

Dans les candidatures plus ‘’originales’’, on retrouve celle d’un représentant du parti anti sioniste de Dieudonné sur la 14e, même si Mounir Grami s’est déclarée » sans étiquette “. Enfin, le Rhône aura 7 candidats du parti Pirate, 3 de l’Alliance Royale, 2 du Trèfle et 1 du parti du Vote blanc.

La composition du Gouvernement de Jean-Marc Ayrault

  • Affaires étrangères : Laurent Fabius ;
  • Education nationale : Vincent Peillon ;
  • Justice : Christiane Taubira ;
  • Economie, Finances, Commerce extérieur : Pierre Moscovici ;
  • Affaires sociales et Santé : Marisol Touraine ;
  • Egalité territoriale et Logement : Cécile Duflot ;
  • Intérieur : Manuel Valls ;
  • Ecologie, Développement durable, Energie : Nicole Bricq ;
  • Redressement productif : Arnaud Montebourg ;
  • Travail, Emploi, Dialogue social : Michel Sapin ;
  • Défense : Jean-Yves Le Drian ;
  • Culture et Communication : Aurélie Filippetti ;
  • Enseignement supérieur et Recherche : Geneviève Fioraso ;
  • Droits des femmes, porte-parole du gouvernement : Najat Vallaud-Belkacem ;
  • Agriculture et Agroalimentaire : Stéphane Le Foll ;
  • Réforme de l’Etat, Décentralisation, Fonction publique : Marylise Lebranchu ;
  • Outre-mers : Victorin Lurel ;
  • Sports, Jeunesse, Education populaire, Vie associative : Valérie Fourneyron.
  • *********************************************************
    • Budget : Jérôme Cahuzac ;
    • Réussite éducative : George Pau-Langevin ;
    • Relations avec le Parlement : Alain Vidalies ;
    • Justice : Delphine Batho ;
    • Ville : François Lamy ;
    • Affaires européennes : Bernard Cazeneuve ;
    • Personnes âgées et Dépendance : Michèle Delaunay ;
    • Artisanat, Commerce, Tourisme : Sylvia Pinel ;
    • Economie sociale et solidaire : Benoît Hamon ;
    • Famille : Dominique Bertinotti ;
    • Personnes handicapées : Marie-Arlette Carlotti ;
    • Développement : Pascal Canfin ;
    • Français de l’étranger et Francophonie : Yamina Benguigui ;
    • Transports et Economie maritime : Frédéric Cuvillier ;
    • PME, Innovation, Economie numérique : Fleur Pellerin ;
    • Anciens combattants : Kader Arif.

Page 1 of 4

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén