Un élu citoyen

Catégorie : Parti Socialiste Page 1 of 2

Inscrivez-vous aux rencontres de marennes

La rentrée politique de la motion B « A gauche, pour gagner ! » aura lieu à Marennes (17), au Centre d’animation, 4 rue des Droits de l’Homme, les jeudi après-midi 27 et vendredi matin 28 août. Le programme :

Programme – Journées de Marennes

 

 

Inscription à la journée de rentrée de la motion B à Marennes

 

https://www.facebook.com/events/389078211288221/?ref=106&action_history=null

 

 

Les Socialistes de Rhône-Alpes et d’Auvergne mobilisés pour les Régionales

Ce samedi, les co-listiers Socialistes des 13 sections départementales de la Grande région Auvergne-Rhône-Alpes étaient réunis à Lyon pour réfléchir aux grands axes du projet qui sera présenté en décembre prochains aux électeurs.

“Unité ne veut pas dire uniformité” -intervention de Barbara Romagnan au Conseil National

Première signataire de la contribution « Réaliser le changement » avec Benoît Hamon, Henri Emmanuelli, et des milliers de militantes et de militants, je vous annonce, mais vous le savez déjà, qu’après discussions, réflexions, nous faisons le choix de déposer une motion commune avec ceux que l’on a l’habitude d’appeler « la majorité », mais si elle ne l’est pas encore, il faut faire attention et respecter le débat militant.

C’est une décision collective, à défaut d’être unanime, mais quand même approuvée par 27 parlementaires sur 30, tous les premiers fédéraux et des milliers de militantes et de militants.

Il est vrai qu’il est sain que le débat vive dans notre parti. Il y a des nuances entre nous, parfois des désaccords plus profonds qu’il est légitime d’exprimer, mais nous pensons qu’il n’est pas toujours indispensable de le faire dans le cadre d’une motion.

Si nous choisissons de ne pas déposer de motion alternative, c’est essentiellement pour une raison. Nous, la gauche, sommes isolés en Europe et François Hollande est le seul levier sur lequel des millions de personnes peuvent compter.

Après 4 mois seulement, des doutes sont émis sur sa capacité à porter le changement. Ces doutes sont légitimes et trouvent leur source dans cet isolement. Nous avons face à nous des Libéraux et des conservateurs qui sont aux commandes dans les autres pays. La finance a encore la main sur l’essentiel de l’économie.

Cette donnée est à mon sens la plus importante et nous permet d’évacuer les procès d’intention – ou en trahison – instruits à l’égard de FH, avant même l’heure des bilans. C’est pourquoi il nous parait primordial d’affirmer l’unité de la gauche française et que nous participions à son rassemblement.

Ensuite, les points sur lesquels nous pouvons avoir des divergences n’enlèvent rien aux objectifs que nous avons en commun. D’ailleurs sur nombre de ces sujets, les clivages traversent largement les courants tels que nous les connaissons aujourd’hui.

Nous voulons une Europe sociale, politique et fédérale. L’Europe est notre projet de civilisation face à la montée des nationalismes. Elle est aussi notre outil pour lutter contre la mondialisation libérale, mais nous ne sommes pas d’accord sur le TSCG. Nous voulons tous une politique d’immigration juste qui reconnait la richesse et la dignité des étrangers, mais nous ne sommes pas d’accord sur les Roms. Nous sommes tous d’accord sur la nécessité d’un nouveau modèle de développement, mais pas tous d’accord sur la place de l’énergie nucléaire. Nous sommes tous pour le partage du pouvoir, tous pour mettre en œuvre le non cumul des mandats, mais certains sont favorables à ce que cela soit immédiat, d’autres plus tard, et d’autre beaucoup plus tard.

Nous sommes enfin tous d’accord sur la parité. Je cite à cet égard Harlem « Il nous faut construire un parti à l’image de la France : des hommes et aussi des femmes »… C’est là encore une belle illustration de cet objectif commun, et de notre incapacité à le traduire concrètement au premier rang. Peut-être que c’est un peu facile, le problème c’est qu’on peut faire cette analyse à chaque fois.

Ces différences, ces divergences font aussi notre richesse collective, et participer à une démarche qui aspire à être majoritaire n’implique pas de renoncer à l’expression de nos convictions. Unité ne veut pas dire uniformité. A cet égard vous le savez, nous voterons contre le TSCG.

Par ailleurs, même si les conditions et les cadres de la discussion interne en vue de la synthèse n’ont pas été optimum, nous jugeons que nous sommes respectés dans nos positions, tant sur le fond que sur les responsabilités. Il n’est pas honteux d’en parler, c’est aussi ça la politique.

Cette volonté de rassemblement tient bien sur également à notre volonté de poursuivre le travail collectif au sein du PS. Après des années de minorité assumée, nous avons choisis, depuis 2008, de participer à la direction du PS. Il nous semble que cela a connu une certaine réussite, pour nous tous, et pour les Français j’espère. Nous voulons continuer. On n’a pas si souvent l’occasion de participer à la réussite de la gauche au pouvoir. C’est dans cette démarche que nous nous inscrivons aujourd’hui. Une démarche d’ouverture et de travail collectif, une démarche d’exigence envers notre parti, mais surtout envers nous-même, une démarche de responsabilité au cœur de la dialectique imposée par le contexte actuel entre débat et rassemblement.

Intervention pour “Un Monde d’Avance” de Barbara ROMAGNAN,
députée du Doubs, lors CN du 12 septembre

Les adieux de François Hollande au Conseil National du PS

Séquence émotion hier soir à la Mutualité à Paris puisque notre Président-élu était venu nous faire ses adieux et lancer et lancé la bataille des législatives pour obtenirune majorité “large, solide et loyale”.

A la veille de la passation de pouvoirs à l’Elysée, il nous a dit s’exprimer pour la dernière fois devant le Conseil National avant au moins 5 ans puisqu’il sera dés aujourd’hui “le président de tous les Français”.

Accueilli par une longue salve d’applaudissements, M. Hollande est arrivé vers 18 h 20 devant ses pairs. Au premier rang étaient assis Ségolène Royal, Martine Aubry, Jean-MArc Ayrault, Benoît Hamon, Jean-Pierre Bel, Bertrand Delanoë ou Henri Emmanuelli.

L’ancien patron du parti s’est dit “socialiste” et bien décidé à “le rester”, mais il a précisé sa “règle”, sa “conception” : “Je ne participerai plus à aucune instance partisane et je n’accueillerai à l’Elysée aucun parlementaire de la majorité”, a-t-il prévenu, s’inscrivant en contrepied de la mandature du président sortant. “Il n’y aura plus de ces assemblées qui n’ont pas à être tenues à l’Elysée”, a-t-il dit. “Le chef de l’Etat ne doit pas être le chef de tout”.

Remerciant Martine Aubry, première secrétaire, M. Hollande a assuré “rien n’est possible sans l’appui d’un grand parti”, martelant être “le produit d’un long mouvement”, “issu d’une longue tradition”, avant de saluer Lionel Jospin, Ségolène Royal, précédents candidats à la présidentielle qui “nous ont permis aussi d’apprendre et de comprendre”, d’acquérir une “somme d’expériences”. “L’unité a été au rendez-vous, c’est ce qui a permis la victoire”, a-t-il affirmé, très applaudi.

Sous une grande bannière rouge “Donnons une majorité au changement”, le nouveau slogan du PS pour le scrutin de juin, le président a lancé la bataille des législatives en réclamant une “majorité large, solide et loyaleau soir du 17 juin. Pour lui, “c’est l’avenir du quinquennat qui va se décider le mois prochain“. “Le plus dur commence, nous dit-on”, mais “si ce qui nous attend n’était pas dur, nous n’aurions pas gagné l’élection présidentielle”, a-t-il lancé sous les applaudissements. “C’est parce que c’est difficile que les Français se sont tournés vers nous.”

Il a lancé en conclusion, dans la liesse générale : “Vous me manquerez sûrement mais moi je ne dois en aucun cas manquer à la France.”

De son côté, MatineAubry a plaidé pour “une très forte majorité”, mettant en garde contre un risque de démobilisation des Français. Pour Benoît Hamon, porte-parole du parti, François Hollande “a définitivement abandonné les habits du candidat qu’il était pour ceux de président de la République qui sera demain dans l’action”.

Mardi, une journée très lourde l’attend : passation de pouvoirs le matin, annonce officielle de son premier ministre l’après-midi, avant un départ pour Berlin où il doit rencontrer la chancelière Angela Merkel. Rien n’a filtré sur le nom du chef du gouvernement et sa composition.

La Gauche décomplexé #22 : le journal d’UMA Rhône

Encore un excellent travail de mes amis et camarades Hervé Rivano, Jordan Parisse, Nicolas Simiot, Jeff Ariagno et Joseph Guetaz… des articles d’analyse et d’actualité sur les élections cantonales…
 
Vous pouvez consulter ce numéro 22 du journal d'”Un Monde d’Avance-Rhône” en le téléchargeant au format pdf dans Google Documents :
Bonne lecture… 😉

Les Primaires à Gauche ce sera les 9 et 16 octobre 2011

La Gauche décomplexée : le journal d’UMA Rhône

Encore un excellent travail de mes amis Hervé Rivano, Damien Berthilier, Jordan Parisse, Nicolas Simiot, Yann Benhayoun, Benjamin Achard, Thibaud Roche… des articles d’analyse du mouvement social pour la défense des retraites, deux points de vue de nos “envoyés spéciaux” en Italie et en Angleterre, une présentation de la Convention “Egalité réelle” du PS…
Vous pouvez consulter ce numéro 20 de La Gauche décomplexée, le journal d’Un Monde d’Avance-Rhône.
Télécharger au format pdf :

dans GoogleDocuments

Bonne lecture …

Le PS s’engage pour l’Egalité réelle

 

La Convention pour l’Egalité réelle, présidée par Benoît HAMON, rassemblera le samedi 11 décembre prochain les militants et sympathisants socialistes afin d’adopter un texte traçant les grandes orientations politiques des socialistes pour construire une société basée sur l’égalité réelle entre les citoyens.

Mercredi dernier, le conseil national a adopté le texte qui sera soumis aux militants, à l’unanimité moins douze abstentions.

Télécharger le texte :

convention-egalite-reelle

Maintenant c’est à nous de jouer!

Continuons à participer aux débats sur la coopol, dont une synthèse sera remise au bureau national le 1er décembre. Bientôt, nous pourrez répondre à des sondages en ligne pour hiérarchiser les propositions et dire lesquelles nous semblent prioritaires.

Nous pouveons également amender et débattre sur le texte dans nos sections et nos fédérations, avant le vote dans les sections le 2 décembre.

 

Liêm Hoang-Ngoc à Villeurbanne le 21 mai à 19h

Liêm Hoang-Ngoc, économiste, député européen, donnera une conférence sur le sujet “combattre les délocalisations” le vendredi 21 mai 2010 à 19h au Bar le Toï-Toï (17, rue Marcel Dutartre 69100 Villeurbanne – T1 Arrêt INSA Einstein)

Le PS parodie la dernière pub Google…

La parodie…

L’originale…

 

Page 1 of 2

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén